PICT8157__
les trois derniers...

C'est presque une compression à la César que j'ai là en empilade... et j'aurais pu les appeler les pavés d'or, prix qui récompenserait la plus belle ou bonne ou la plus chocolatée des réalisations chocolat : à voir...

en attendant, voici le contenu des pavés d'or. En fait, j'ai repris ma base pavés toblerone avec une petite modif dans la préparation (mars incorporés directement dans moule...)

Ingrédients

pour 25 pavés

250g de beurre
250g de sucre
3 oeufs
125g de farine
75g de cacao van Houten
1 cc d'extrait de vanille liquide
1/2 cc de levure chimique
150g de Mars coupés en petits rectangles au couteau

Comme pour le toblerone, préchauffer le four :150°
Ramollir le beurre
Mélanger la vanille, le sucre et le beurre
Puis les oeufs
Mélanger à part le cacao, la levure et la farine
Verser le second mélange dans le premier
Tapisser un moule de papier sulfurisé et y verser la préparation
Couper en rondelles rectangulaires (?) les mars et les faire s'enfoncer dans l'espèce de crème au chocolat qu'on a versé dans le moule, certains morceaux conserveront une partie émergée (c'en ne sera que plus bon... )
Cuire dans les 35 à 45 mn selon four.
ATTENTION ! le couteau enfoncé en fin de cuisson ne doit pas ressortir sec...

A bons amateurs...

Pour la petite histoire, j'ai fait ce fondant samedi dernier à l'occasion de la venue de Dorian accompagné de Marie et des enfants dans mon humble demeure (demeure qui est aussi celle de Murielle). 1, 2, 3 blogueurs à table donc en perspective... Bref, quand ils sont arrivés, nous étions armés jusqu'aux dents: cocktail chocolat caramel, cocktail maison bananes marinées plusieurs mois dans le rhum, sarcives, bouchons, samoussas, zourites, rougail saucisses, cabri massalé, gâteau de patates douces... et, et, histoire de se détendre un peu la peau du ventre les petits pavés comme des p'tites bouchées de fondant avec le goût de mars et tout...
Et vous savez quoi? La téléportation a marché (pas sur Mars, hein...). Sur une île de la Terre mais à l'autre bout, à 800 bornes de Madagascar, 200 avant l'île Maurice, voyez maintenant... Il a suffit de s'asseoir autour des plats fumants et des verres qui suivaient leur propre marée haute basse haute basse et puis on s'est senti très proche du volcan, des piments zoiseau et des bananes enrhumées... avec ça un maloya et c'était comme au cinéma, du genre on se regarde et c'est tout le décor qui change autour mais nous on s'en fiche parce c'est le décor qui a du retard nous on est déjà dans l'ambiance...

enfin voilà, pas besoin d'inviter M. Spok pour une bonne téléportation...

Pieuvre
zourites (avant)